Économie : Comprendre tout de la politique budgétaire du gouvernement pour 2020

0 202

Pour 2020, le gouvernement inaugurera la méthode du budget-programme, retenue dans le cadre de l’UEMOA, à la différence de la budgétisation basée sur les moyens qui prévalaient habituellement. Dans un contexte économique mondial marqué par des incertitudes liées à la faiblesse de l’activité économique dans les pays avancés et en lien avec les objectifs du PND, il a été opté un arbitrage budgétaire prudent cadrant avec les objectifs d’investissements structurants de l’État dans la transformation du pays.

A cet effet, la loi des finances adoptée repose sur la soutenabilité des finances publiques à travers une amélioration du recouvrement des recettes et une maîtrise des dépenses afin de dégager un solde budgétaire conforme au standard communautaire. Ainsi, les prévisions du budget de l’Etat pour 2020 et déjà en étude au niveau de la commission des finances du parlement s’équilibrent en ressources et en charges à 1466,2 milliards de FCFA, contre 1381,9 milliards en 2019, soit une hausse de 6,2% en raison de l’augmentation des ressources de trésorerie.

Dans le même temps, les prévisions de recettes et de dépenses des comptes spéciaux connaîtront une baisse de 28,1% et s’établiront à 2,3 milliards de FCFA. Un réalisme obligeant le gouvernement à axer sa politique budgétaire sur la poursuite de l’amélioration de la mobilisation des ressources internes, une meilleure allocation des ressources publiques sur la base de l’efficacité des dépenses publiques et la maîtrise du déficit budgétaire. Pour cela, l’Office Togolais des Recettes (OTR) poursuivra l’exécution de son plan stratégique en recherchant une plus grande performance à tous les niveaux et la mise en œuvre de la politique fiscale se poursuivra dans le respect des normes d’harmonisation communautaire des espaces UEMOA et CEDEAO. De même que les recettes non fiscales.

En ce qui concerne les ressources externes, le gouvernement poursuivra une stratégie d’endettement tout aussi prudente en recourant aux dons-projets et dons-programmes et en privilégiant les emprunts concessionnels tout en veillant à la soutenabilité à moyen et long terme de la dette publique, dans le respect des normes communautaires. Ces ressources seront orientées vers des investissements dans les secteurs porteurs en rapport avec le PND. A l’horizon, plus de déficits susceptibles de perturber les équilibres macro-économiques. Dont acte !

Lire aussi : Prévisions de croissance du FMI : le Togo est sur la bonne voie

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur