Dénonciations fantaisistes et calomnieuses au Togo.

La justice recherche les preuves des 100 décès annoncés dans le rapport du président du REJADD. (Il est arrêté pour les besoins de l’enquête)

0 706

Les droits humains ne connaissent pas d’exception. Dans son rapport dit détaillé sur les manifestations politiques de l’opposition, le Réseau des jeunes africains pour la démocratie et le développement a révélé qu’il y a eu 100 morts dans le rang des manifestants. Le gouvernement et bien d’autres organisations de droits humains en ont dénombré bien moins. Il était nécessaire que Assiba Johnson le président du REJADD explique et donne les preuves des allégations de son rapport.

C’est justement ce qu’a fait le procureur de la république en faisant interpeller l’auteur du rapport. Il lui revient donc, d’indiquer comme cela se doit, les lieux de décès des personnes, leurs identités, les lieux où ils ont été inhumés. C’est juste ce qu’il y a lieu de faire pour cet activiste des droits humains supposé. Mais comme à son habitude, il ne serait pas surprenant de voir l’opposition politiser ce débat et d’en faire même un sujet de manifestations publiques.

La démocratie, c’est aussi et surtout la justice. Et nul n’est au-dessus de la loi. Assiba Johnson devrait prouver ses allégations qui ont jeté du discrédit sur le Togo tout entier et son gouvernement.

Tout comme lui, l’opposition est engagée dans des mensonges souvent inquiétants. Le dernier en date, c’est le supposé passage à tabac nocturne à kparatao. Après les enquêtes menées par une mission ghanéenne, le pot aux roses a été découvert. C’était un mensonge. Une pure fiction. Résultat : l’opposition a dû publier un communiqué pour présenter des excuses, estimant avoir été trompé par les réseaux sociaux.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur