De bonnes performances pour l’économie togolaise malgré la tension politique

40

Les recettes budgétaires flambent, l’inflation sous contrôle, la dette publique en chute, l’industrie en pleine promesse…Et la croissance restera ascendante en 2019 malgré une situation politique confuse.

Tout ou presque notamment tous les chiffres sont positifs et les perspectives sont toutes bonnes pour l’économie togolaise. Au cours de l’année qui s’achève, au-delà des investissements massifs consentis dans les infrastructures, de nombreux efforts de redressement de l’économie ont été fournis par le gouvernement. Et les fruits n’ont pas tardé à tenir la promesse des fleurs pour consolider une économie quelque peu fragilisée en 2017 par les inconséquentes agitations de l’opposition.

Au titre des résultats, le solde primaire de la dette a été ramené autour de 72 % du PIB en 2017, contre 79,2 % un an plus tôt. Derrière ce léger bon, une rationalisation des dépenses publiques mais aussi et surtout des efforts budgétaires réalisés faisant ainsi passer le déficit d’environ 4 % du PIB en 2016 à un excédent proche de 1 % l’année suivante. En 2018, l’objectif pour le  gouvernement à travers son ministère de l’Économie et des finances est de consolider ces acquis et de confirmer ses performances. C’est ce que publie Jeune Afrique.

Des réformes et des choix ont été engagés alors pour améliorer le climat des affaires et favoriser l’investissement. Le Port Autonome de Lomé a connu d’importants investissements par le biais du groupe Bolloré et l’armateur MSC. Idem pour des routes largement construites. Pour la production du clinker, Heidelberg Cement a été sollicité. Sans oublier la nouvelle aérogare internationale.”Des équipements nous ont permis de faire augmenter le stock de capitaux dans le pays et de préserver la croissance, par ailleurs soutenue par l’agriculture, secteur dans lequel le gouvernement a injecté d’importantes ressources financières depuis 2008, a expliqué Sani Yaya, le ministre de l’Économie et des finances dans les colonnes de Jeune Afrique ayant consacré un Grand Format sur le Togo.

Ces réformes ont aussi permis au pays de gagner 19 places dans le classement Doing Business 2019. Et ce n’est pas tout. La croissance établie en moyenne à 5% depuis quelques années et à 5,9% en 2013, atteindra, selon les prévisions 7,6 % d’ici à 2022 après une légère baisse de 4,9% à fin septembre. Concernant la loi de finances 2019, adoptée en Conseil des ministres et dont l’étude a débuté depuis le 11 octobre à l’Assemblée nationale, un taux de 5,1 % est prévu pour l’année prochaine.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.