Cession des actions de l’Etat dans le capital social de la NSCT : Vers une renaissance “Coton made in Togo”.

0 357
Pour conforter le développement de pôles de transformation agricole et ce tel que prévu par le PND, le Président de la République et son gouvernement accentuent les efforts et intensifient les actions d’envergure. La dernière en date est la cession des actions de l’Etat dans le capital social de la Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT). Suite à l’adoption par l’Assemblée nationale de la loi portant autorisation de cette cession, le gouvernement en Conseil des ministres ce mercredi a examiné le projet de décret qui en fixe les modalités et le prix. Dans cet ordre d’idée, le Gouvernement avait engagé des discussions avec le groupe OLAM en vue de faire aboutir ce partenariat à travers la cession effective des actions.

En Conseil des ministres, le gouvernement a débattu des contours de cette cession avec “un partenaire de renom déjà fortement impliqué en tant qu’acheteur du coton togolais, dont l’expertise est reconnue et dont la présence dans plusieurs pays voisins est couronnée de succès”. Pour l’exécutif togolais, cette cession a pour objectif de doubler les rendements notamment en exploitant la carte de fertilité des sols, de moderniser l’outil industriel sur toute la chaîne de la production à la transformation, de développer la marque “Coton made in Togo” afin de jouir d’un différentiel de prix par rapport à la qualité.

Lire également : Togo / Des réflexions pour atteindre l’objectif de 200.000 tonnes de coton à l’horizon 2022

Et le plus séduisant dans la démarche pour la cession est qu’elle fut inclusive avec la recherche de l’adhésion des producteurs par le gouvernement. Car ils seront les premiers bénéficiaires. Ils verront leurs revenus garantis et augmentés notamment par la mise en place d’un mécanisme de stabilisation des revenus leur permettant d’avoir un niveau de revenu assuré nonobstant la fluctuation éventuelle des prix du coton sur le marché international. D’ailleurs conformément à la loi de 2014 portant modernisation de l’action publique de l’Etat en faveur de l’économie, le Gouvernement a mis en place une Commission d’Évaluation des Privatisations qui a évalué l’offre du partenaire et apprécié le prix issu des négociations avec le partenaire.

“Le conseil a pris acte du rapport de la Commission d’Évaluation des Privatisations concernant la cession de 51 % du capital social et a adopté le décret autorisant cette cession pour un montant de l’ordre de 22 milliards de francs CFA”, peut-on lire dans le compte-rendu du conseil des ministres. Un heureux aboutissement de ce processus qui vient concrétiser l’ambition, d’ici à 2022, est de faire du Togo un pôle de compétitivité pour la transformation agricole ciblée sur la productivité pour atteindre la sécurité alimentaire, améliorer la balance commerciale agricole et augmenter les recettes générées par l’exportation de produits agricoles, notamment les produits transformés.

Lire aussi / Mise en œuvre de la carte de fertilité des sols agricoles du Togo : De positifs résultats engrangés

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur