Ces talents qui s’affichent au-delà des frontières.

0 518

Que ce soit dans la littérature, la recherche, l’économie, l’art, la musique, les TIC, ils ont fait bouger la notoriété de leur pays, la République togolaise. Conservatrice et moderne; engagée et mondialisée; libre et dorée; créative et déterminée… la jeunesse togolaise ne cesse de défendre les couleurs du pays au-delà des frontières. Ce fut encore le cas au cours de l’année 2018 où des Togolais et des Togolaises dans divers domaines ont honoré un pays engagé dans la modernité et le développement.

Avril 2018. Une surprise résonne en écho à une fierté nationale. Victoire Biaku, étudiante en comptabilité et gestion des entreprises est la grande gagnante de la mythique émission The Voice Afrique Francophone. Avec sa voix mélodieuse, la jeune femme togolaise de 26 ans a fait un passage remarquable à cette compétition musicale panafricaine dont la grande finale s’était déroulée ce 14 Avril 2018 à Johannesburg, en Afrique du Sud. A toutes les étapes, elle a su gagner la confiance du public et des téléspectateurs en Afrique et de par le monde qui ont massivement voté pour elle à la phase finale.

Lire aussi : Victoire, la gagnante de « The Voice » Afrique francophone chante devant le Chef de l’Etat

Toujours dans le domaine de la musique, Toofan a été élu meilleur groupe africain. C’était au Ghana. Sur ce trophée, le groupe Toofan était en compétition avec les grosses pointures du continent. Mafikizolo (Afrique du Sud), X-Maleya (Cameroun), Bracket (Nigeria), Sauti Sol (Kenya), ou encore les Ghanéens Fancy Gadam et R2bees n’y ont vu que du feu. A la même occasion, le groupe a décroché le titre du meilleur artiste francophone. C’était aux AFRIMMA 2018. En enlevant ainsi le trophée devant des challengers comme Fally Ipupa (Congo), Hiro (Congo), Serge Beynaud (Côte d’Ivoire), Dj Arafat (Côte d’Ivoire), Daphne (Cameroun), Numerica (Cameroun), Maitre Gims (Congo), Locko (Cameroun), le groupe confirme sa suprématie musicale et des couleurs togolaises.

D’un Togolais à un autre, la légende continue. 2018 n’a pas enregistré des prouesses qu’au plan artistique. Dans le domaine de la recherche aussi, il y a eu des talents révélés. Vigninou GAMMADIGBE s’était vu décerner le premier prix du Prix Abdoulaye FADIGA de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Doctorant à la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de l’Université de Lomé, il a remporté la sixième édition de ce prix pour la promotion de la recherche économique. “La survie des banques de l’UEMOA : les nouvelles exigences des fonds propres sont-elles pertinentes?”. D’une valeur de dix millions de FCFA, le prix récompense “un travail de recherche original portant sur un sujet d’ordre économique, monétaire et financier présentant un intérêt scientifique avéré pour les États membres et pour l’Union”.

Lire aussi : Le Togolais Vigninou Gammadigbé gagne le Prix « Abdoulaye Fadiga » 2018

La 15è édition du prix littéraire France-Togo 2018 a vu le sacre de l’écrivain togolais Renaud Ayi Dossavi – Alipoeh. Ce prix lui a été décerné ce mardi 30 octobre 2018 pour son œuvre ‘Chants de sable’, un recueil de poèmes, publié aux éditions AGAU, composé de courts chants d’amour et de passion qui célèbrent la beauté de la femme. Biologiste de formation, Ayi Dossavi, l’un des jeunes auteurs togolais les plus prolifiques, a plusieurs cordes à son arc. En témoigne sa casquette de romancier, poète, bloggeur et de Secrétaire Général de l’association PEN Togo.

Ayi Renaud Dossavi Alipoeh recevant son prix des mains du président de la BAD

Pareil pour le Togolais Dona Etchri, concepteur de la plateforme e-agribusiness qui est le lauréat du Pitch Agrihack, talent 2018. C’est un concours de valorisation des solutions numériques au service de l’agriculture en Afrique. Une enveloppe de 15.000 euros lui a été remise à cet effet. Au milieu de huit lauréats, le Togolais s’en est tiré avec la meilleure d’entre les solutions pour des avancées dans l’agriculture africaine. Surtout que ce prix Agrihack Talent du Centre de Technique Agricole (CTA) entend contribuer à l’amélioration de l’adoption d’innovations TIC dans l’agriculture et la promotion de l’emploi des jeunes.

Pas d’innovation. Mais de réalisme dans la diplomatie togolaise par contre. La preuve a été donnée avec l’élection d’Evelyne Hohoeto à l’un des cinq (05) postes très convoités de magistrats de la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage de l’Organisation. Magistrate, Evelyne Hohoeto fut juge à la Cour Suprême de son pays pendant quelques temps avant d’être élue à la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage de l’Ohada. Bien avant, elle a occupé le poste de Secrétaire Exécutif de la Commission Nationale de l’Ohada de 2012 à ce jour.

Evelyne Hohoeto, juge à la CCJA

Comme elle, le Togo a été honoré à l’international. Cette fois-ci dans le domaine de la santé et sous l’angle du leadership au féminin. Au nombre des 200 femmes leaders francophones en santé mondiale en 2018, y figurent 06 Togolaises. C’est un classement publié par la sérieuse branche francophone de l’organisation à but non lucratif Women in Global Health. En amont, la reconnaissance des femmes francophones ayant contribué de par leur recherche, leur leadership, leur expertise et leur dévouement à l’amélioration de la santé mondiale. Il s’agit de Pamella Allavo, Coordonnatrice de l’Organisation “Les Zopitaux et moi Togo”, Naiïmath Moussa, Responsable et chargée du Projet adjointe Global Health Togo. Mais aussi Sodokin Adjovi, fondatrice MedStudents Leaders Association Togo et Élise Warga Takao, directrice des opérations à Santé Intégrée Togo. Et enfin Toki Bidénam, sage-femme d’État et Rebecca Tchilalo, agent de santé communautaire à Santé Intégrée Togo.

Voir aussi : C’est le Togo qui gagne et gagnera davantage grâce à ses filles et ses fils en 2019.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur