Bon classement du Togo dans le Rapport Doing Business 2019

La Cellule du climat des affaires apprécie et s’engage à aller plus loin

44

Les statistiques du Togo dans le rapport Doing business 2019 sont éloquentes et démontrent l’engagement du gouvernement à offrir aux opérateurs économiques le meilleur environnement possible pour le déroulement de leurs activités professionnelles. C’est ce qu’on retient de la sortie médiatique de Sandra Johnson, Coordinatrice nationale de la Cellule du Climat des Affaires.

Entourée pour la circonstance du président de la chambre des Notaires, Me David Tsolenyanu et du Vice-président de l’Observatoire Togolais des Médias M. Rigobert Bassadou, elle a rappelé les belles performances qui mettent le Togo sur orbite dans ce domaine.

Sixième Top performer au monde. Deuxième Top Performer en Afrique. 2ème économie la plus attractive de l’espace UEMOA. 1er réformateur dans l’UEMOA, le Togo est l’un des 10 pays les plus réformateurs de l’année 2019, selon le rapport Doing Business. Des statistiques qui rehaussent l’image du pays et constituent une référence agréable pour les investisseurs surtout étrangers.

 

Dans le classement, le Togo a fait des réformes fondamentales et améliorer l’environnement des affaires, en mettant en œuvre six indicateurs sur les 11 de la Banque mondiale. Il s’agit de la création d’entreprises, l’obtention d’un permis de construire, le raccordement à l’électricité, le transfert de propriété, le paiement des taxes et impôts et l’exécution de contrat. Chacune de ces réformes est porteuse de bien-être aussi bien pour les investisseurs que pour toute la population.

Dans la zone UEMOA, le Togo occupe la première place en ce qui concerne le raccordement à l’électricité, ceci grâce à l’amélioration de la surveillance et de la réglementation des pannes ainsi que la réduction des frais de raccordement pour le dépôt de garantie pour une nouvelle connexion, a indiqué Sandra Johnson.

Au titre de la création d’entreprise, le Togo a enregistré une forte progression de 47 places et occupe ainsi la 74ème place en 2019. Quatre réformes ont été validées pour cet indicateur. Il s’agit de la réduction du capital minimum, de la recherche du nom de l’entreprise, de la suppression des droits d’enregistrement ainsi que le payement direct des frais au guichet unique.

Selon Sandra Johnson, toutes ces performances enregistrées ne sont donc pas fortuites mais sont « le fruit d’un travail collectif et traduisent les efforts du gouvernement, résolument engagé dans un processus profond de transformation de notre économie ».

Tout en saluant le leadership du Président Faure Gnassingbé, la Coordonnatrice nationale de la cellule du climat des affaires s’engage à œuvrer pour que le rapport 2020 positionne encore mieux le Togo.

Il ne pouvait en être autrement puisque ce pays s’impose désormais comme le hub logistique de la sous-région comme l’ambitionne le Plan national de développement 2018-2022.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.