Bilan des violences de la C14

Pour des raisons de transparence, le gouvernement se joint aux associations des droits de l'homme

12

A Sokodé le bilan est sans appel : harcèlement des forces de sécurité. Domicile du guide spirituel, MALI-OURO saccagé. Deux (02) véhicules et trois (03) motocyclettes endommagés avec des dégâts matériels. A Lomé, le décompte n’est aussi pas agréable : deux corps sans vie découverts.

En dépit des interdictions justifiées et des mises en garde soulevées contre la perturbation des élections législatives du 20 décembre prochain, la Coalition de 14 partis de l’opposition a préféré le déni. Face à un tel drame justifié par l’entêtement et la volonté de la C14 de donner dans la violence pour empêcher la tenue des prochaines élections, le gouvernement joue la carte de la responsabilité et de la réactivité. Surtout face à de pareils faits tout aussi répréhensibles que condamnables.

Ainsi, les auteurs et les commanditaires doivent répondre de leurs actes au regard des textes en vigueur. Et pour y arriver, le gouvernement ne se veut pas seul. Pour des raisons de transparence, il a invité deux organisations de défense des droits de l’homme pour constater aux côtés du médecin légiste l’état des deux (02) corps retrouvés sans vie déposés à la morgue de Lomé.

Par cette approche, le gouvernement veut s’assurer et s’entourer des garanties nécessaires dans la gestion des conséquences de l’inconscience de l’opposition en pleine campagne électorale. Et surtout garantir un processus de transparence dans les enquêtes et les sanctions appropriées.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.