Agriculture au Togo : 15 motoculteurs remis aux bénéficiaires du MIFA

Le Mécanisme incitatif de financement agricole fondé sur le partage de risques, MIFA, continue de renforcer ses actions sur le terrain.

4

Le Mécanisme incitatif de financement agricole fondé sur le partage de risques, MIFA, continue de renforcer ses actions sur le terrain. Ce vendredi 7 décembre 2018, les coopératives de Kovié ont bénéficié de 15 motoculteurs. Des matériels longtemps attendus pour améliorer leurs capacités de production. Une capacité qui, pour le moment, s’établit à 3 tonnes pour les 800 hectares de la superficie actuellement exploitée. “Nous sommes contents pour la création du MIFA. Grâce à cette initiative, nous avons bénéficié pour la première fois d’un crédit de 335.994.000 de francs CFA. C’est inédit”, s’est exalté le représentant des coopératives de producteurs.

 

Bilan de la phase pilote du MIFA à Kovié

 

En remettant aux bénéficiaires les motoculteurs, Faure Gnassingbé a expliqué les constats ayant conduit à la création du MIFA et les espérances en cette initiative. “Nous avons de bonnes terres, Nous avons une population travailleuse, nous avons la pluie. Mais nous importons des produits qui nous reviennent chers. Ce n’est pas normal”, a-t-il signifié. Et l’une des réponses trouvées à cette situation, c’est le MIFA. Avec cette initiative, le financement des activités agricoles est facilité. Et toute la chaîne de valeurs est mise en harmonie.
Selon le Chef de l’Etat, l’initiative répond à un besoin d’autosuffisance alimentaire, d’emploi des jeunes. Des ambitions qui sont atteintes, du moins pour la phase pilote.

 

Périmètre rizicole de Kovié

 

En cinq mois, le MIFA a impacté plus de 4000 producteurs répartis sur les 7 sites pilotes à travers le pays. Le MIFA, c’est aussi plus de 650 millions FCFA de crédits déjà mis en place et plus 2 milliards FCFA en instance de décaissement. Rien que pour la phase pilote. C’est Noël Bataka, coordonnateur du MIFA qui a présenté ce tableau rassurant au public sur le terrain du lycée de Kovié.

Rassuré est aussi le représentant des institutions financières et des compagnies d’assurance. Michel Dorkenoo s’est réjoui de ce mécanisme permet réellement aux banques de financer le secteur agricole sans crainte.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.