67eme session ordinaire de la lutte contre la torture : De fausses accusations alléguées contre le Togo

0 263

Présentation réussie pour le Togo devant les membres du comité contre la torture vendredi 26 juillet dernier. Le troisième rapport périodique du Togo fut bien accueilli. Sauf qu’à l’évidence, les 16 plaintes alléguées par le rapport alternatif du CACIT se sont révélées fausses. En effet, ce rapport alternatif révèle que les 16 plaintes contre torture déposées devant les tribunaux du Togo n’ont jamais prospéré. Une préoccupation ayant motivé une question à l’endroit du gouvernement par Sébastien Touzé, rapporteur du comité.

Lors de la séance de réponses, hier lundi, le gouvernement par la voix du Chef de mission du Togo à Genève, Yakolé Johnson a révélé les irrégularités et les incohérences du rapport alternatif. En vérité, les recoupements faits et les enquêtes menées au niveau du parquet ont permis de constater qu’aucune plainte contre torture ne fut déposée. Interrogé alors par la délégation togolaise qui souhaitait en savoir plus, le CACIT se rebiffe et parle plutôt de 7 plaintes. Mais encore faut il que ces plaintes soient déposées en respect des procédures et des règles en la matière. Il ressort au final que ces plaintes dont il est question ne sont déposées ni chez le procureur moins encore au niveau du doyen des juges d’instruction, condition sine qua non selon le code de procédure pénale pour qu’une plainte soit enrôlée.

Malheureusement, le CACIT censé connaître les procédures est passé outre. Face à cette situation le Chef de mission du Togo a invité les organisations de la société civile du Togo a rechercher le professionnalisme plutôt que de verser dans une forme de dénonciation systématique. Même son de cloche chez le Ministre Trimua qui a prôné l’accompagnement du comité en vue de la formation et la professionnalisation des organisations de la société civile pour éviter que des situations du genre de Assiba Johnson arrêté et détenu il y a quelques mois pour diffusion de fausses nouvelles ne se reproduisent.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur