40% de réduction sur la valeur de dédouanement : Une significative façon de mobiliser des ressources

0 330
Ce n’est plus une nouveauté au Togo mais désormais une tradition. Depuis 2018 et à la fin de chaque année, l’Office Togolais des Recettes (OTR) lance une campagne de dépréciation des valeurs en douane des véhicules et marchandises au Port Autonome de Lomé (PAL). Pour cette année, l’offre vient d’être renouvelée jusqu’au 24 décembre prochain et vise encore un allègement fiscal sur la mise en consommation des marchandises.

En clair, 40% de réduction sont observées sur les prix de marchandises sous douane et en souffrance. Sont concernés par cette dépréciation, les véhicules ayant plus de cinq (05) ans d’âge. Dans le cas des marchandises en souffrance, “une inspection préalable sera effectuée par les services des douanes afin de proposer pour chaque cas de figure un taux de dépréciation approprié”, a indiqué la note signée par le Commissaire Général par intérim Philippe Kokou B. TCHODIE.

Cette promotion faite par l’Office Togolais des Recettes (OTR), une entreprise publique s’inscrit dans la droite ligne de la facilitation des procédures et des réformes engagées dans le cadre de la mobilisation des ressources. En vérité, aux ressources mobilisées à l’extérieur, le Togo compte ajouter des ressources domestiques. Cette approche de l’OTR depuis deux ans semble bien innovante.

Car en plus de traduire le fonctionnement optimal des services publics, cette offre de dépréciation participe à l’élargissement et à la souplesse de l’assiette fiscale tout en réduisant notamment ces flux de devises importants mais souvent ignorés et perdus. Tout simplement, il s’agit de mettre en place une fiscalité “plus intelligente” permettant entre autre la simplification de la déclaration fiscale, l’incitation au respect des obligations fiscales, l’accès des contribuables à l’administration et surtout la facilitation du processus de paiement.

Lire aussi : Togo / L’OTR a créé une plateforme en ligne pour le traitement des plaintes liées au foncier/

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur