Togo, l’opposition menace, agresse et pille les boutiques

14

Ils ont décidé de semer le désordre dans la capitale togolaise et ils tiennent promesse. A Lomé ce mercredi, les opposants dictent leur loi aux populations de Lomé et environs. Armés de machettes, de couteaux et autres, ils imposent à tout passant d’intégrer leur soulèvement. Toute personne qui tente quelque résistance est physiquement agressée et blessée.

Au niveau des boutiques et autres commerces, les menaces sont les mêmes. Avec beaucoup d’agressivité, ils imposent aux tenanciers de fermer leurs ateliers. « Avec la manière dont ils m’ont approché, je ne peux refuser de fermer ma boutique. On les connait. Ce sont les malfrats du quartier. Si jamais nous résistons, ils vont nous tabasser et piller nos boutiques », déclare Florence, coiffeuse à Agoè qui venait de fermer sa boutique pour rejoindre un lieu à elle indiqués par les assaillants. Non loin d’elle, une dizaine d’hommes, avec des armes blanches, de l’essence et des allumettes, venaient de bruler 3 pneus au milieu de la voie.  » Nous ne pouvons rien leur dire. C’est dommage. Ce n’est pas de cette manière qu’on fait l’opposition politique. Nous, on n’est pas dans les affaires politiques. Regarder toute la ville. Les gens ont peur et beaucoup sont restés chez eux. Finalement, pour qui les opposants disent oeuvrer ? Ou ceux qui appellent le peuple là ne sont pas ici au Togo ? « , s’indigne Nanette, étudiante en médecine qui n’a pu se rendre au cours par peur des agressions.  » Ces gens-là sont capables de tout. Ils peuvent nous agresser, voler et violer. Quand vous voyez même leurs yeux, vois comprenez qu’ils sont sous l’effet de produits psychotropes « , poursuit-elle.

Pour cette journée du mercredi, c’est l’attentisme dans certaines rues de Lomé. Faute de ne pouvoir mobiliser les populations par une sixième marché en 2 mois mois, l’opposition utilise les moyens prohibés, notamment la violence.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.