Togo : Le paradoxe des moyens de lutte contre la déforestation

Selon une étude réalisée par l’International Tropical Timber Organization,(ITTO), le Togo a perdu entre 2005 et 2010 5,75% de ses forêts. A la direction de l’environnement et des ressources forestières, on enregistre en moyenne 15.000 hectares de forêt exploités annuellement au Togo.  « A ce rythme, dans quelques années il n’y aura plus de forêts au Togo » estime Duncan Poore, un ancien professeur à Oxford qui, dans un rapport de 2010,  place le Togo dans les pays à fort taux de déforestation en Afrique.

L’action humaine, notamment la production du bois de chauffe et du charbon de bois pour les ménages, reste selon certains chercheurs, la cause majeure de cette déforestation avancée au Togo. Pour ralentir le phénomène, plusieurs mesures ont été adoptées par l’Etat togolais, dont l’instauration d’une journée nationale du reboisement  et la sensibilisation des populations pour l’usage du gaz butane dans les ménages en lieu et place du charbon de bois.

Si la première mesure a « relativement » porté ses fruits, la seconde par contre reste stérile du fait de cherté du prix des bouteilles de gaz butane.

Résultats « satisfaisants »

Instaurée depuis 1977 par l’ancien président togolais Gnassingbé Eyadema à la suite d’une vague de sécheresse, la  journée nationale de l’arbre célébrée chaque 1er juin permet de reboiser annuellement quelques 2000 hectares de forêt, selon le ministre de l’Environnement et des ressources forestières  André Jonhson.

En 5 ans 2.900 HECTARES DE FORÊTS  ont ete aménagés, 20.700 hectares de forêt PROTÉGÉS, plus de 10.600 hectares de forêts reboisés et  4,16 millions de plants produits 

a expliqué le ministre à l’occasion de la célébration de cette année.

« Ces résultats, quoique satisfaisant,  sont néanmoins bien loin de notre objectif qui est celui de porter la couverture forestière nationale de 7% actuellement à 20% à l’horizon 2035 » a-t-il ajouté.

Le gaz butane de plus en plus cher

Parallèlement à cette mesure et à bien d’autres projets mis en œuvres par l’Etat togolais pour assurer une plus large couverture forestière au Togo, plusieurs campagnes de sensibilisations ont été effectuées auprès des populations, surtout depuis 2007, pour encourager les ménages à opter pour l’utilisation du gaz butane. Dans le même temps ces  populations sont confrontées à une augmentation constante du prix du gaz butane qui, selon certaines associations de consommateurs, n’encourage pas l’usage de cette source d’énergie. En août 2012 par exemple, le prix de la bouteille de 12kg est passé de 4055F CFA à 5500 F CFA soit une augmentation de 26,27% ; de 1945F CFA, la bouteille de 6kg est passée à 2640 F CFA, soit une augmentation de 26,32%. Au cours de l’année 2014 ces prix ont subi une légère baisse puis une hausse  et sont restés inamovibles jusqu’à présent (6500F CFA pour la bouteille de 12kg et 3500 F CFA pour la bouteille de 6kg) alors même que les prix des produits pétroliers ont déjà  été revus trois fois à la baisse entre décembre 2015 et mai 2016. Outre cette cherté, il faut compter avec la rareté périodique du combustible, à Lomé et surtout à l’intérieur du pays, ce qui pousse  certains distributeurs à augmenter à leur gré les prix des bouteilles de gaz.  Cette situation annihile, selon le secrétaire général de l’Association Togolais des Consommateurs (ATC) M. ALANDROU AGOUTA, toute action du gouvernement dans la lutte contre la déforestation ; lutte qui, estime-t-il,  passe par « une baisse systématique du prix du gaz butane au Togo afin d’en encourager l’utilisation ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.