Quinzaine commerciale : Lomé carrefour des affaires

85

Depuis le lancement de la 33è édition de la quinzaine commerciale de Lomé le 18 décembre dernier, par la ministre du commerce, Bernadette Legzim Balouki, Lomé, la capitale togolaise est de nouveau transformée en un grand carrefour d’affaires. En effet, après la foire internationale de Lomé qui vient d’être clôturée, une nouvelle chance est donnée aux opérateurs économiques et aux jeunes entrepreneurs de faire valoir les produits de leurs efforts. Cependant, pour cette 33ème édition de la quinzaine commerciale, le ministère du commerce a innové et a fait une surprise agréable aux opérateurs économiques. Habituellement prévue pour se tenir uniquement à agbadahonou à Lomé, la quinzaine commerciale de cette année a été lancée sur deux sites simultanément à Lomé et dans une de ses périphéries à adeticopé.

Pour la ministre du commerce et de la promotion du secteur privé, Legzim Balouki, l’ouverture de ce nouveau site dans la banlieue nord de Lomé, contribue à encourager les jeunes entrepreneurs à redoubler davantage d’efforts pour fructifier leur plan d’affaires. Présent également lors de la cérémonie de lancement, le président de la Chambre du Commerce et de l’Industrie du Togo, Germain Meba qui, lors de son interview a précisé que, 33 ans après le premier évènement, le bilan est assez positif, ce qui les a conduit à innover et à installer une annexe de cette foire à Adéticopé. Le principal résultat recherché étant de se rapprocher davantage de la population.

Par ailleurs, un tour des stands sur le site de la quinzaine commerciale à Agbadahonou, a permis à notre équipe de reportage de constater l’affluence et de jauger la satisfaction des clients et des tenants de stands. Fabrice, l’un des tenants de restauration, que nos reporters ont approché a exprimé son satisfecit en ces termes, ‘’ Même si au début, il n’y avait pas d’affluence, maintenant les affaires sont bonnes, car les clients affluent surtout dans la soirée, ceci nous rassure et nous permet d’espérer faire de bonnes recettes.’’

Vivement que ces opérateurs économiques fassent toujours de bonnes affaires et s’acquittent de leur devoir fiscal envers l’Office Togolais des Recettes afin de contribuer davantage au développement du Togo

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.