Le Parti Unir manifeste pour soutenir les opérateurs économiques et les amis du développement

18

Le parti de la majorité présidentielle au Togo se préoccupe des désagréments causés aux opérateurs économiques et investisseurs par le cycle des manifestations des partis de l’opposition depuis août 2017.

Rarement descendus dans les rues pour comme leurs vis-à-vis de l’opposition depuis plusieurs mois, les militants et sympathisants du parti Union pour la République (UNIR) ont choisi ce samedi 13 janvier 2018 pour donner de la voix.

Atakpamé, Tsévié, Bassar, Tchamba, Sotouboua et Lomé accueillent ce jour des manifestations pacifiques initiées par le parti UNIR pour dire une fois de plus « non à la violence » et appeler « au respects des lois et institutions de la République ».

Selon des responsables de la formation politique ayant ensemble avec d’autres porté le Président Faure E. GNASSINGBE au pouvoir, les Togolais ont marre de voir leur liberté de mener leurs activités génératrices de revenus, perturbées en moyenne trois à quatre jours sur sept chaque semaine du fait des manifestations « violentes » de l’opposition pour des « revendications pourtant déjà résolues », affirment-ils.

Ainsi, à l’issu des marches pacifiques de ce samedi, lecture a été donnée d’une déclaration « pour réaffirmer notre appel à la paix et au dialogue mais surtout exiger qu’il soit permis aux opérateurs économiques et investisseurs et amis du développement du Togo, de pouvoir librement et en toute sécurité mener leurs activités ».

Selon quelques indiscrétions, les dirigeants du parti ont reçu mandat des militantes et militants du parti pour en appeler « fermement au Président de la République et au Gouvernement afin qu’ils veillent dorénavant à préserver les droits des uns de manifester en même temps que celui des autres de pouvoir mener leurs activités économiques qui du reste génèrent au pays des ressources par lesquelles entre autres, le chef de file de l’opposition est entretenu ».

Depuis le démarrage de ces manifestations de l’opposition, les structures de l’Etat en charge de la mobilisation des ressources intérieures ont régulièrement sonné l’alerte sur la baisse des recettes due aux perturbations des activités économiques.

Fiacre Do Médéros

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.