Mutualiser la protection de la biodiversité

La mutualisation des politiques et moyens de lutte contre le trafic illégal des espèces et l’abattage de bois en Afrique fait l’objet d’une rencontre régionale  qui a démarré à Lomé ce lundi. Prennent part à cette « Rencontre de Lomé » les juges et magistrats de l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Cette rencontre qui prendra fin le vendredi prochain permettra aux différents participants d’harmoniser les juridictions des pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre sur la protection de la biodiversité ainsi que les trafics de la faune et les infractions connexes.

Selon le ministre de l’environnement et des ressources forestières, André Johnson, les efforts individuels  et isolés  des  pays africains semblent désormais inefficaces pour la conservation de la biodiversité. La protection de ce « patrimoine vital » nécessite, selon lui,  la mise en place d’un arsenal juridique unique – surtout sur le plan pénal-  applicable dans tous les pays.

« La poursuite judiciaire avec des peines à hauteur des crimes contre la faune  doit être une réponse adéquate aux trafics des espèces » a-t-il déclaré à cet effet à l’ouverture de la Rencontre de Lomé.

Engagement reconnu

Une évaluation mi-parcours des progrès accomplis par le Togo dans la mise en œuvre du plan stratégique 2011-2020 pour la conservation biodiversité a permis de constater les résultats des diverses actions mises en œuvre depuis quelques années par le gouvernement togolais.

Le pays a, en effet, été distingué en octobre 2016  lors de la 17eme conférence des parties à la Convention sur le Commerce international des espèces de faune et de flore menacées d’extinction (CITES).

Ces progrès devraient se poursuivre dans les années à venir vu que les autorités togolaises prévoient  la validation dans les prochains jours,  d’un  mécanisme  interne de lutte contre le commerce illégal.

Il faut noter que plusieurs espèces menacées d’extinction font objet de protection au Togo. Il s’agit entre autres des pangolins géants, de l’éléphant d’Afrique et des perroquets gris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.