L’encourageant bilan économique de Faure Essozimna Gnassingbé

112

Le PIB du Togo s’est établi à 5 % en 2016 et sera de 5,1% en 2017, selon les chiffres publiés par la Banque Africaine de Développement (BAD). Pendant ce temps, pénalisé par le repli continu des cours des produits de base et la morosité de la conjoncture internationale,  le taux de croissance de l’Afrique subsaharienne est descendu à son niveau le plus bas depuis vingt ans, sous les 2 % en 2016 et tournera autour de 3% en 2017.

Une chose est sûre : si l’opposition Togolaise conteste l’actuel locataire de la marina et réclame sans aucun fondement juridique son départ, ce n’est certainement pas à cause de son bilan économique. Douze ans après sa prise de fonctions, le Togo affiche une vigueur à faire pâlir la plupart de ses voisins. Selon les derniers chiffres publiés par la BAD, l’économie du pays a plus que résisté aux chocs externes, malgré une contraction des investissements publics.

Pour Faure Essozimna Gnassingbé, tous les indicateurs sont donc au vert. Malgré un ralentissement stratégique des investissements publics dans les infrastructures pour viabiliser la dette, l’économie continue d’afficher des résultats relativement solides avec un taux de croissance du PIB supérieur à celui de la plupart des pays de l’Afrique subsaharienne. Cette croissance est portée par la production agricole, les industries extractives et les activités de commerce.

Une croissance consolidée ces dernières années grâce au SCAPE

La Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi (SCAPE) est le document  de planification nationale qui a défini le cadre de référence des actions de développement au Togo sur la période 2013-2017. Son objectif, était d’accélérer la croissance économique pour réduire la pauvreté et les inégalités et créer des emplois avec des effets multiplicateurs sur le niveau de revenu et la qualité de vie des Togolais. Comme innovation, la SCAPE se déclinait en  cinq axes autour desquels s’articulent les programmes de développement et les investissements. Selon les études, la SCAPE a permis une progression de la croissance et a fait baisser la pauvreté de 3,6%.

La SCAPE ayant arrivé à termes en 2017, le gouvernement s’active pour l’adoption en fin d’année d’un plan de développement sur la période 2018 2022.

Davantage d’exportations

Même si elle s’en inquiète, le Togo n’a pas encore été affecté par les nuages qui obscurcissent les exportations. Ni la crise au Nigéria, ni l’accroissement des foyers de tension dans la sous région, ni la crise des matières premières, n’ont pour l’instant pénalisé les carnets de commandes du made in Togo. Les exportations se sont maintenues grâce à la bonne tenue des ventes de produits industriels de la Zone Franche. En 2016, elles ont connu une progression de (+1,0%), alors que les importations ont diminué de 0,6 %. Les produits de l’agroalimentaire ont notamment dégagé 101,1 M€ de recettes.

Des évolutions positives pour le climat des affaires

Au cours des dernières années, le développement des infrastructures (transport, eau, énergie, télécommunication) a offert un environnement favorable aux affaires pour tous les investisseurs du monde. Outre les infrastructures, le Togo est l’un des pays qui a engagé le plus de réformes au cours des dernières années et qui a connu des niveaux de progression importants au fil des ans dans le Doing Business.

Une richesse nationale bien partagée

Face aux défis auxquels font face toutes les économies régionales, le Togo apporte des réponses spécifiques pour faire profiter les fruits de la croissance à un nombre croissant de citoyens. Il s’agit, notamment des produits du FNFI (fonds national de la finance inclusive), du volontariat pour aider à l’insertion des jeunes dans le monde de l’emploi, et d’autres initiatives visant à promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes.

Cette relative bonne santé de l’économie a coïncidé avec les 12 années passées au pouvoir de Faure Essozimna Gnassingbé. Pour que cette trajectoire positive continue, l’activité économique doit profiter d’un environnement social et politique stable. La balle est dans le camp des forces politiques de l’opposition et de la mouvance.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.