Le nouveau commerce

Laissons Petit Popo un instant, avec ses intrigues et ses luttes d’influence. Descendons maintenant l’échelle du temps jusqu’au premier quart du 19ème siècle et plongeons-nous dans les lagunes boueuses du delta de la Volta  230 km à l’ouest.

Sur cette bande de terre entre mer et lagune vivent les Anlo. Ils tirent avantage de leur position géographique pour développer des talents de navigateurs et de commerçants avec les peuples de l’intérieur des terres.

Dans cet environnement, le changement est plus que jamais d’actualité, la traite négrière est abolie depuis 1815 entraînant concomitamment une recomposition des forces en présence sur la côte. Les Hollandais, Portugais, Espagnols auront lutté jusqu’au bout pour maintenir ce commerce devenu illégal mais doivent se rendre à l’évidence. Les arraisonnements réguliers au large de la désormais ancienne côte des esclaves rendent le vil commerce impossible. Les marchands anglais, français, allemands ont su changer leur fusil d’épaule. De nouveaux commerces certes moins lucratifs mais légaux, eux, apparaissent : alcool, poudre, débarquent sur la côte tandis que huile de palme, noix de palmiste, coprah, maïs sont exportés….

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.