L’Assemblée Nationale a dit « Oui » à la Charte de Lomé

L’exécutif  togolais peut désormais ratifier la Charte africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique dite « Charte de Lomé ». Le projet de loi portant ratification du texte a, en effet, été voté à l’unanimité par les parlementaires togolais le 30 décembre 2016.

Adopté le 15 octobre à Lomé par la Conférence des Chefs d’Etats et de gouvernement de l’Union Africaine, la Charte de Lomé est censée renforcer la coopération régionale et internationale contre la piraterie maritime, les trafics illicites de tout genre transitant par la mer, la pêche illicite non déclarée et non réglementée et la pollution de l’environnement marin.

Sa ratification va permettre au Togo, selon le président de l’Assemblée Nationale togolaise, Dama Dramani, de bénéficier des mécanismes mis en place pour lutter efficacement contre la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée et promouvoir l’économie bleue. Elle permettra, également de faciliter la réglementation et la coordination des interventions de l’Etat togolais en mer et  prévoit la mise en place d’une politique commune de pêche et d’aquaculture favorisant la conservation, la gestion et l’exploitation des stocks de poissons.

Pour rappel, cette charte a été paraphée par trente-et-un (31) Chefs d’Etats africains le 15 octobre dernier à Lomé lors du Sommet extraordinaire de l’Union Africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique.

Selon les textes de l’Union, quinze ratifications au niveau national suffisent pour que la Charte entre officiellement en vigueur.

Le Togo vient donc d’ouvrir la voie avec cette première ratification.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.