Edito : Faure Gnassingbé ou l’art de l’expertise en gouvernance économique

265

Des investissements infrastructurels qui font progresser la productivité de l’économie, des politiques qui favorisent la croissance et réduisent la pauvreté,…etc. Faure Gnassingbé, diplômé d’économie à l’Université Paris Dauphine et à la prestigieuse université américaine George Washington parle un langage de développement économique durable et inclusif.

Des rapports et des rapports qui confirment l’efficacité des politiques publiques en cours au Togo

« Les réformes structurelles continuent d’être progressivement mises en œuvre », FMI ; « de bonnes performances commerciales », OCDE ; « le Togo dans le peloton de tête en matière de développement infrastructurel »; GIA…Même les sceptiques se frottent les mains pour rêver d’une véritable émergence dans un futur proche pour le Togo. Les plus pessimistes s’efforcent toutefois de lire les rapports pour s’assurer de ces bonnes performances en matière de gouvernance économique.

Des politiques qui améliorent les conditions de vie des populations

Non seulement, le Togo a élu démocratiquement par le moyen de suffrage universel, un président de la république formé à l’économie dans les meilleures universités française et américaine, mais celui-ci met ses pas dans ceux d’une nouvelle génération de leaders africains qui veulent traduire les possibilités offertes par la mondialisation en croissance inclusive, en multiplication des opportunités pour la résilience des populations vulnérables et en développement durable.

Désormais, le Togo ne se contente plus de s’attacher simplement à savoir « quelle politique est la bonne » ; le pays va plus loin en se demandant «comment faire en sorte que les politiques publiques affichent des résultats qui améliorent les conditions de vie des populations ». De nombreux exemples éloquents de politiques qui produisent les résultats escomptés témoignent pour le bilan de Faure Gnassingbé.

Cette pléiade de bonnes performances économiques et sociales fait la fierté de ceux qui rêvent de l’émergence de l’Afrique.

Nonobstant les progrès, le Togo se trouve encore à un tournant décisif de sa marche à devoir choisir entre le recul et la poursuite de son émergence

Incontestablement, le pays s’est doté de mécanismes de gouvernance économique, politique et sociale inspirés tantôt de standards internationaux, tantôt de succès continentaux (Rwanda, Ethiopie…).

Les institutions et les procédures mises en place permettent au Togo d’assurer la réalisation de ses objectifs de développement. L’efficience des unités de projet et de l’administration est au centre du débat portant sur les stratégies de développement conduit par Faure Gnassingbé lui-même.

Pourtant, pendant que le Togo part du bon pied comme l’indiquent tous les voyants, certains évoquent des arguments douteux et anti démocratiques à des fins égoïstes inavoués. Ils oublient que le Togo est un Etat de droit. Peut-être qu’ils le savent, mais moi, je suis comme Thomas, l’apôtre. Avant de partir annoncer la bonne nouvelle, je veux voir l’opposition togolaise quitter la rue et proposer un projet de société mobilisateur, montrer comment se créent des emplois, etc.

Les opposants au pouvoir togolais pourraient s’inspirer d’un autre Thomas, Thomas d’Aquin qui dans la somme de théologie a écrit au XIIIè siècle « le choix des chefs appartient au peuple », et du Thomas Béninois qui avait comme crédo sacerdotal, « c’est Dieu qui donne le pouvoir ».

Komi EDOH

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.