Eteh ADZIMAHE: «La Bonne, la Brute et le Juan»

Kofi est gérant du bar du quartier depuis seulement un mois. Mais Kofi a déjà mis les petites employées de maison du quartier dans son lit. Kofi est un séducteur, toujours bien sapé, joli garçon sans produit ghanéen, grand coureur de jupon de bonne devant l’éternel, grâce à sa classe et à son style inégalé. Sa garde-robe est très fournie grâce aux ballots de vêtements France-au-revoir, communément appelé Friperie, ou « Obroni Wewou » (le blanc est mort, voici ses habits) qu’il a le don de dénicher à moindre coût au marché. Il est Le Juan (Dom).

Kofi lorgnait depuis son arrivée dans le quartier sur la petite Aoua. Employée de maison dans l’habitation en face au bar. Malgré son jeune âge qui se transparaît sur son visage, Aoua pouvait facilement s’appeler Derrière (son prénom) d’Enfer (son nom de famille). Fusse t-elle fille du diable ou eut-elle le diable au corps, sa démarche alerte et rapide, quand elle allait ou revenait du marché, faisait vibrer ses lobes fessiers par derrière, et sautiller sa poitrine par devant. Les seins fermes et menus dont les tétons pointaient à 15h (droits devant elle) dans ses robes qui lui moulaient le derrière. Si elle avait été fille de partie ou de joie, on aurait sûrement conclu sans se méprendre qu’elle s’est assise très tôt sur son gagne-pain. Kofi l’avait réservé comme on garde le meilleur pour la fin. Elle devait être la cerise rouge et sucrée qu’il fallait sucer jusqu’au grain, l’os qu’il fallait ronger jusqu’à la moelle pour clore son palmarès. En tout cas ! s’il ne s’agissait que de la petite Aoua là, Kofi avait déjà écrit son nom sur une boîte de préservatifs. Aoua est la bonne.

Or Kofi n’était pas le seul à faire des plans sur la petite bonne de la maison d’en face. Le fils de la voisine, Toyo, ancien Héroïnomane, ancien cocaïnomane, ancien bodybuilder, ancien loubard, ancien brigand (et là je me demande pourquoi je n’ai pas mis Ancien en produit de facteur, pour lister ses professions intimes) couvait toujours Aoua d’un regard énamouré quand elle passait. Toyo, l’homme qui a rencontré Dieu depuis un an, ne jure que par la Bible; surtout par la partie où arrive le personnage très tôt crucifié, sitôt ressuscité Jésus-Christ. Combien de fois, Toyo n’a t-il pas invoqué son saint nom, quand il demandait l’aide de Dieu pour gagner le coeur d’Aoua. Au nom de Jésus, que Aoua soit mienne, Amen ! Toyo est la brute.

Lire la suite sur Le Blog du Salaud Lumineux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.