Deux foyers de grippe aviaire identifiés à Lomé

Le gouvernement togolais a confirmé ce vendredi la présence du virus H5N1 dans deux foyers avicoles à Adéticopé et Adidogomé  situés au Nord de Lomé. Ces deux foyers avaient été déjà mis en quarantaine depuis le mercredi suite à des cas de décès inexpliqués de volailles. Des prélèvements effectués dans ces zones ont été testés positifs dans un laboratoire en Italie.

«  Le gouvernement togolais s’est saisi de cette crise et a donné des instructions au ministère de l’élevage qui a mis en branle des équipes. Depuis mercredi, une riposte de taille a été déclenchée pour faire barrage à tout ce qui touche à cette maladie.  », a indiqué le ministre de l’agriculture Col Ouro-Koura Agadazi.

Cinq foyers avaient été touchés en juin 2007 par le virus H5N1

Plusieurs mesures ont, en effet,  été déjà prises pour contenir l’épidémie.  Il s’agit entre autres de l’incinération de milliers de tête de volailles et des œufs  dans les zones concernées, du contrôle des autres fermes avicoles avec prélèvement des échantillons sur un rayon de 3Km autour des foyers, de la désinfection des foyers, de l’indemnisation des éleveurs victimes d’abattage et  de l’interdiction de mouvement de volailles pendant 1 mois dans les préfectures d’Agoènyivé et du Golfe.

Le Togo peut compter sur l’appui de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’agriculture (FAO) qui a déjà mobiliser des experts pour accompagner le gouvernement togolais dans la gestion de cette crise.

 

La présence du virus H5N1 au Togo remonte en juin 2007. Cinq foyers avaient été touchés au total et plus de 17000 poulets avaient été abattus et incinérés. Tout récemment, en 2015, le virus avait été signalé au Burkina Faso et au Ghana forçant les autorités togolaises à interdire les importations de volaille en provenance des deux pays.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.