APD: « Vérités de Khardiata Lo » ou langue de bois d’une Diplomate ? (Revue de presse de la semaine du 05 au 09 septembre)

Le débat autour de l’aide publique au développement (APD), qui a eu lieu le samedi dernier  lors de la rencontre du Club diplomatique de Lomé (CDL), s’est invité à la Une des  journaux parus cette semaine au Togo.

Evoquant le sujet dans  sa parution No 947  du lundi, L’Union pour la Patrie  reprend à sa Une les propos de la Représentante résidente du PNUD  au Togo pour qui « les pays qui ne prendront pas leur propre développement en charge auront toujours à subir des agendas qui ne sont pas les leurs ». Reprenant ce qu’il considère comme « les vérités de Madame Khardiata Lo », le bihebdomadaire rappelle les différentes phases évolutive de l’aide et en  conclut en citant la diplomate que « le chemin parcouru par l’histoire de l’aide et ses résultats montre qu’à un moment donné de l’histoire, tout le monde, donneurs comme récipiendaires, a pu se tromper de chemin ou de méthode ».  Plus loin, Togo Matin  informe que les envois de fonds de la diaspora vers l’Afrique sont estimés à environ   37 milliards de dollars en 2010 et dépasse l’APD, ce qui amène certains intellectuels à percevoir l’aide comme « peu efficace »  et un « gaspillage de l’argent du contribuable ». « Des critiques qui doivent interpeller » écrit le journal.

Pour Liberté, la corruption et la non reddition de comptes  sont les « vraies raisons de l’inefficacité de l’aide ».  « Si l’aide publique et souvent perçue comme peu efficace, c’est certainement eu égard à la manière dont elle est gérée sans obligation de résultats et à la complaisance de ceux qui incarnent les institutions dans les pays du Sud » écrit le quotidien privé. Prenant l’exemple du Togo, le journal souligne que les différents programmes du ministère du développement à la base ont ceux qui ont bénéficié de la majeure partie des financements du PNUD au Togo. « Mais lorsque le PNUD n’exige pas d’audit, on peut aisément douter de la rigueur dans la  gestion » conclut-il. Et d’ajouter que  le Togo ne se « porterait pas plus mal si des mécanismes pourraient lui permettre d’endiguer le fléau des flux illicites et se passer de l’APD », ces flux étant plus importants que l’aide publique au développement.   « Ses aspects ont-ils été occultés à dessein par la diplomate ? » se demande le quotidien privé qui invite  Mme Khardiata Lo à « appeler un chat, un chat » pour sa propre crédibilité.

Outre le sujet sur les APD, la qualification des Eperviers à occupé une place prépondérante dans les publications de cette semaine.

Alors que le bimensuel Focus Infos  impute la qualification « in extrémis » des Eperviers à la phase finale de la prochaine Coupe d’Afrique Gabon 2017 aux « effets  Le roy et Adébayor »  et  invite tous les acteurs à « rester concentrer car rien ne doit perturber la sérénité des Eperviers jusqu’à la phase finale de la compétition », L’Indépendant Express rappelle à sa une que « le plus dur commence pour les Eperviers ». Pour le journal, la Fédération Togolaise de Football (FTF) « doit d’ores et déjà amorcer son élan » pour « préserver la  flamme  actuelle autour des Eperviers »,  qui semblent être dans une bonne passe depuis l’arrivée de Claude Leroy, et « mettre tous les moyens surtout financiers » à la disposition de la sélection nationale pour éviter les mauvaises expériences des participations précédentes. Le journal évoque également, un éventuel appel à contribution pour soutenir financièrement l’équipe togolaise comme ce fut le cas lors de la dernière participation des Eperviers à la CAN 2013.

Sur ce dernier point, Liberté  après avoir  invité l’ancien Premier ministre « Ahoomey-Zunu et Cie à la barre »   pour les comptes de la CAN 2013, conclut avec un slogan bien connu au Togo « Pas de compte, plus de contribution ».

 

 

 

 

1 commentaire sur “APD: « Vérités de Khardiata Lo » ou langue de bois d’une Diplomate ? (Revue de presse de la semaine du 05 au 09 septembre)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.