Les agropoles, nouvelle stratégie de développement agricole au Togo

26

La nouvelle politique agricole du gouvernement togolais basée sur le développement et la promotion des agropoles bénéficie d’un financement évalué à près de 64 milliards. Ce financement qui couvre la période de 2016 à 2030 va permettre de donner un nouvel élan au secteur agricole et permettre l’amélioration de la compétitivité des produits togolais. Cette nouvelle stratégie de promotion des agropoles contribue d’une part au développement de la transformation des produits de l’agriculture, de la pêche et de l’élevage en produits manufacturés à travers la promotion des PME/PMI et même des TPE, au renforcement des relations entre les activités de production de transformation et de commercialisation de ces produits. D’autre part, elle vise la mise en place d’une synergie de la plupart des acteurs et l’inclusion sociale dans une logique d’amélioration des conditions de vies des populations rurales.

L’atteinte des résultats passe par un cocktail alléchant d’actions mises en place par les meilleurs experts du monde agricole. En effet, le processus de conception du premier agropole pilote dans le bassin de Kara est en cours, avec l’appui de la Banque Africaine de Développement (BAD). Par conséquent, les moyens sont investis dans la recherche, l’innovation, la formation et le renforcement des capacités des divers acteurs en vue d’avoir des ressources humaines plus qualifiées et aptes à faire de cette nouvelle politique, une réussite avec des impacts positifs concrets et durables.

En somme, la politique de mise en place des agropoles contribue dans un premier temps à la réduction de la pauvreté, principalement en milieu rural avec une réduction de plus de 15% dans les cinq prochaines années (de 68.7% à 53.7%), à la création d’emplois que les statisticiens évaluent à plus de 24.837 emplois dont près de 40% pour les femmes. D’autre part, elle contribue à la création de richesse en milieu rural et à la réduction du déficit de la balance commerciale agricole. C’est l’économie togolaise qui se portera davantage mieux et l’on peut dire que l’agriculture au Togo a encore de bons jours devant elle.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.