Affaire HAAC- Sud Media : La mise en garde de la CDPA

La fermeture de la télévision LCF et de la radio City Fm annoncée par la Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication (HAAC) n’a pas laissé indifférente la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA. Le parti politique de l’opposition a, dans un communiqué publié ce vendredi, mis en garde la HAAC  contre une telle décision.

En conférence de presse ce mercredi, l’autorité de régulation des médias avait, en effet, sommé cinq organes de presse de régulariser leur dossier de création avant le 05 février prochain sous peine d’être fermés.

Parmi ces cinq organes figurent  la télévision LCF et la Radio City  du Groupe Sud média dont les responsables soutiennent, pourtant, qu’ils disposent des  documents réglementaires délivrés par la HAAC les autorisant à émettre.

Pour la CDPA, la fermeture de ces organes « serait  non seulement une preuve du dysfonctionnement  de la HAAC, mais  aussi une atteinte grave à la liberté d’expression ».

«  Comment ces médias ont-ils réussi à se faire attribuer des fréquences si leur dossier de création n’était pas en règle ?  Pourquoi depuis leur création en 2008 jusqu’à ce jour, l’institution a-telle laissé ces médias diffuser leurs programmes sans interruption ? » s’est demandé le parti dans son communiqué.

Et de poursuivre en exhortant la HAAC à « éviter d’être le bourreau de la liberté d’expression » au Togo.

Pour rappel, la HAAC avait,  dans un communiqué publié le 26 décembre, annoncé avoir accordé  un délai  de trois (03)  semaines à onze médias privés  -dont les organes du groupe Sud Media-  pour la régularisation  de leur convention d’installation et d’exploitation de fréquence.  Le délai prend fin le 05 février prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.